Les personnels ont du talent : électricien et éditeur de livres

Vous l’avez certainement croisé dans les couloirs de l’IUT2, Lionel Billard est parmi nous depuis septembre 2013. Électricien de métier il a plus d’une corde à son arc et derrière sa mallette et ses outils se cache un éditeur de livres avec à son actif trois ouvrages : Encyclopédie des comics Marvel en France, Comic Guide Marvel en France 1970 à 2000 et Poupées de rêve Mundia Collection. Rencontre avec cet autodidacte …

En dehors de votre métier d’électricien nous avons découvert que vous êtes également éditeur de livres, comment l’idée vous est venue de vous lancer dans ce domaine ?

Étant gamin j’étais fan des revues. Ma grand-mère me donnait de l’argent de poche quand j’allais chez elle et je m’empressais d’aller chez le buraliste acheter des bandes dessinées. J’ai acheté ma première BD « Strange » à l’âge de 7 ans. Je ne comprenais pas forcément tout parce que c’est assez particulier comme univers mais c’est comme ça que je me suis intéressé aux revues qui éditaient du Marvel.

En ce qui concerne le premier ouvrage (ndlr : Encyclopédie des comics Marvel en France) je n’ai pas eu l’idée tout de suite. À l’époque, j’ai acheté un livre américain qui recensait toutes les couvertures des comic books puis un jour je me suis dit que ça pouvait être pas mal de faire le même type d’ouvrage mais avec les bandes dessinées françaises. Il faut savoir que chaque couverture de magazine français était faite par un artiste peintre, Jean Frisano. Nous n’avions donc pas la couverture originale du comic mais une peinture qui représentait un des épisodes. C’était quelque chose d’inédit et souvent très bien fait.

Quelles ont été les grandes étapes de production et de diffusion du premier livre ?

Une fois que j’ai eu l’idée, je l’ai proposée à une librairie grenobloise spécialisée dans le domaine. Le propriétaire n’a pas été réceptif à ma proposition de par mon statut d’électricien peu crédible à ses yeux. Je n’ai pas insisté et me suis tourné vers une autre boutique qui vendait des « Strange » et ils se sont montrés intéressés par le projet. Il me fallait deux autorisations pour mener à bien le projet, celui de l’éditeur qui se trouvait à Lyon pour le nom de Strange et l’autorisation de l’éditeur Marvel en Italie. J’ai obtenu ces deux autorisations plutôt facilement en y allant au culot et ça s’est fait naturellement avec les dirigeants, la seule contrainte était la limitation à 3 000 exemplaires.

Cet ouvrage a donc été co-écrit avec les deux dirigeants de la boutique grenobloise spécialisée dans le comic book. Pour ce livre, je me suis occupé du lexique c’est-à-dire la correspondance du comic book avec le scénariste, le dessinateur etc. Il m’a fallu une bonne année pour réaliser ce travail. Pour la recherche de documents, j’avais la collection complète des revues et l’éditeur nous a aussi donné des bouquins.

Pour ce qui est de l’argent nécessaire à la production nous sommes partis d’une souscription. Nous avons envoyé un mailing aux clients de l’éditeur LUG-SEMIC pour présenter notre projet de livre. Les personnes qui souscrivaient recevaient en contrepartie un ex-libris comprenant un dessin inédit de Ciro Tota, signé par l’auteur. Grâce à l’apport d’argent de la souscription, nous avons pu faire imprimer le livre. C’est le diffuseur, Makassar, situé à Paris, qui s’est occupé de la diffusion et de la vente du livre aux différentes librairies, FNAC, etc.

Le livre a-t-il eu du succès ?

On a tout vendu ! Et pour la petite anecdote nous avons attisé une certaine jalousie de la part de quelques personnes et certains éditeurs, notamment du côté de Paris, surpris de voir trois grenoblois mener à bien ce projet avant eux. Pour certains c’était leur rêve. Une librairie dont on taira le nom et à laquelle j’avais proposé le projet a même refusé de vendre notre livre.

livres-marvel-billard

Quelle différence entre les deux ouvrages sur les comics Marvel ?

Le travail du deuxième ouvrage a été beaucoup plus laborieux mais aussi plus intéressant. J’ai mis pratiquement 2 ans pour terminer le second livre, il était plus intéressant car plus compliqué. Il y a eu un gros travail de documentation, le premier livre ne contenait que du Marvel, alors que dans le second on retrouve une liste plus exhaustive avec plusieurs éditeurs et comprenant également les couvertures censurées à l’époque. Pour le premier, on avait le droit aux archives, du coup c’était « plus facile » alors que dans le deuxième on n’avait rien. Mais ce travail d’archivage me plait bien. Ce second livre a également été imprimé grâce à une souscription, cependant nous avons récolté moins d’argent. J’étais limité à 2 500 exemplaires et c’est de l’autoédition : Lionel Billard éditons. On a également tout vendu même si nous avons mis un peu plus de temps à l’écouler par rapport au premier.

Puis vient ce troisième livre sur les poupées Mundia Collection, un univers totalement différent. Comment est né ce catalogue ?

J’ai toujours voulu avoir une poupée assez particulière et en me baladant à Sanary-sur-mer je suis tombé sur un stand up d’une poupée créée par Jean-Paul Gauthier. J’ai eu un vrai coup de coeur et je suis entré dans la boutique pour avoir des renseignements. La poupée n’était pas encore sortie mais on pouvait la réserver, j’ai commencé à feuilleter des catalogues de la marque Mundia. En voyant les photos et les poupées j’ai trouvé que c’était vraiment pas mal et ni une ni deux je me suis dit « C’est bon je vais en faire un bouquin ! ». Par l’intermédiaire d’une gérante de boutique je suis entré en contact avec les personnes de la marque Mundia à qui j’ai présenté le projet et qui m’ont donné leur accord pour le réaliser. Je voulais partir sur le même principe que les deux anciens ouvrages c’est-à-dire faire une souscription. Après ma rencontre avec les deux créatrices sur Paris, je suis revenu sur Grenoble et j’ai commencé le livre. J’ai beaucoup travaillé sur la retouche des photos, je n’y connaissais rien mais en pratiquant et avec l’aide d’un livre sur Photoshop j’essayais de mettre en oeuvre mes idées. J’ai mis un an et demi pour finir ce livre avec pas mal de nuits blanches. Malheureusement, le livre n’a jamais vu le jour auprès du public, la demande de souscription n’ayant pas abouti, je n’ai pas réussi à trouver les fonds nécessaires pour l’impression, c’est rester à l’état de prototype. Mais pour le plaisir, j’en ai quand même fait imprimer un exemplaire pour voir concrètement mon travail.

livre-poupées-mundia

Après ces trois livres avez-vous d’autres projets d’édition ?

Non, aujourd’hui, les bandes dessinées je ne les comprends plus, je n’arrive plus à me projeter… avant il y avait une part d’imagination. A la suite de ces livres, j’ai quand même tenté de prendre contact avec Hermès parce que j’avais dans l’idée de réaliser un catalogue sur leurs foulards, puis j’ai essayé de contacter Jean-Paul Gauthier également pour un ouvrage sur ses accessoires mais je n’ai jamais eu de réponses de la part des deux marques.

Sur les 3 livres réalisés, duquel êtes-vous le plus fier ?

Je ne sais pas … c’est une bonne question ! En fait je suis fier des trois, mais s’il y en avait eu six j’aurais été fier des six, s’il y en avait eu vingt j’aurais été fier des vingt parce que je les ai réalisés avant tout par plaisir. Franchement je n’ai pas de préférence. (silence) Bon peut-être plus le deuxième (ndlr : Comic Guide Marvel en France) parce qu’il était plus compliqué. Dans les deux autres j’avais la matière pour travailler, pour celui-là il y avait plus de travail de recherche. Mais, sur ces projets, je n’attendais pas de reconnaissance je voulais seulement faire plaisir aux gens et prendre du plaisir.

Hormis cet intérêt pour les bandes dessinées qui vous est passé, avez-vous une autre passion ?

Les vinyles ! J’en ai plus de 4 000 tous styles confondus, je suis éclectique que ce soit de la funk, du reggae, du rock, j’écoute de tout. J’achète seulement des vinyles jamais de CD. Les BD et les jeux vidéos c’est du passé, maintenant il me reste la musique, je touche du bois pour que ça continue ! J’avais pensé à faire un livre dessus, mais j’ai abandonné l’idée.

 

Si vous êtes intéressés par les comics Marvel et que vous souhaitez découvrir ou redécouvrir cet univers, sachez que les deux ouvrages de Lionel sont disponibles au Learning Centre. Pour ce qui est du catalogue sur les poupées Mundia Collection, il faudra s’adresser directement à l’auteur, titulaire de l’unique exemplaire !

3 réflexions sur “ Les personnels ont du talent : électricien et éditeur de livres ”

  1. marcic sur

    Quelle histoire! Mais je me doutais bien que derrière ce sympathique personnage se cachait une mine de choses intéressantes. J’admire les gens qui vont au bout de leurs passions. Bravo Lionel! Au plaisir de te croiser à nouveau!

  2. Durok sur

    Tout simplement épatant, vraiment ! On reste soufflé par l’énergie de cette aventure.
    Bravo Lionel !

  3. Valérie Girard sur

    Simplement époustouflant ! Quel talent et qualités humaines ce Lionel !
    Reste comme tu es et continue à faire ce que tu aimes.
    Je me languis d’aller au Learning Centre 🙂 et quand tu peux je veux bien découvrir l’ouvrage sur les poupées.
    A+

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *