Les personnels ont du talent : un ancien international de rugby…

6 questions à Patrick Mesny, passionné de sport

Patrick MESNY 016

Ce mois-ci, notre interview porte sur Patrick Mesny, professeur d’EPS au SUAPS de l’UPMF et responsable sport à l’IUT2.

À quel âge vous est venue cette passion pour le sport et, plus particulièrement, pour le rugby ?

Enfant, j’habitais dans un petit village du Haut Doubs, proche de Pontarlier, où l’on pratiquait naturellement des activités de plein air comme le ski, le vélo et le football.
C’est au collège, en 6ème, que j’ai commencé à pratiquer le rugby grâce à un professeur d’EPS qui était passionné par ce sport. Je suis donc allé jouer dans le club de Pontarlier…

À quel moment avez-vous décidé de faire carrière dans ce sport ?

Jusqu’en terminale, je ne pensais pas faire une carrière de haut niveau en rugby. C’est en venant faire mes études de professeur d’EPS à Grenoble et en jouant au FCG que j’ai pu progresser pour atteindre un niveau international universitaire puis France B.
À la fin de mes études, j’ai fait mon service militaire au Bataillon de Joinville où l’on ne faisait que du rugby.
J’ai ensuite été nommé professeur d’EPS à Paris et je suis entré au Racing Club de France.
En 1979, je suis parti remplacer un joueur blessé en Nouvelle-Zélande et j’ai joué les 2 tests match contre les All Blacks. J’ai ainsi fait partie de la première équipe de France à gagner en Nouvelle-Zélande, le 14 juillet de cette même année.
J’ai eu 14 sélections autant de fois remplaçant et joué contre les grandes nations du rugby : la Nouvelle-Zélande et l’Afrique du Sud ainsi que l’Angleterre, l’Ecosse, le Pays de Galles et l’Irlande dans le cadre du Tournoi des Cinq Nations que nous avons remporté en 1981 en réalisant un Grand Chelem. J’ai finalement joué à un haut niveau jusqu’à l’âge de 35 ans.

Pourquoi avoir choisi le métier de professeur de sport ?

J’ai toujours voulu devenir  professeur d’EPS. Après avoir enseigné en collège et lycée, je suis venu à l’UPMF en 2008. J’enseigne le rugby aux étudiants et étudiantes de l’UPMF et de l’IUT2, qu’ils aient un haut niveau ou qu’ils soient débutants. C’est un sport de combat collectif qui nécessite, au-delà des capacités techniques, du courage et de la solidarité.
J’encadre également des cours de plein air (VTT, snowboard, ski de fond, escalade), ce qui est aussi très agréable.

Quels sports pratiquez-vous aujourd’hui ?

À l’heure actuelle, je ne pratique plus le rugby, sauf quelques matchs avec les anciens joueurs internationaux. En revanche, je fais régulièrement du ski de fond l’hiver ainsi que du VTT et de la randonnée l’été. La région de Grenoble est vraiment  magnifique pour ces activités. Depuis 2 ans, je fais aussi de la randonnée cyclo : cet été, je suis parti de Guebwiller en Alsace, j’ai traversé la Forêt Noire et le Jura suisse et français pour revenir à Grenoble, cela en 7 jours.

photo transju046
Pouvez-vous me parler de votre récente participation à la Transjurassienne, plus grande course de ski de fond de France ?

J’ai fait la Transjurassienne en ski de fond en février dernier. Cela représente 70km de Lamoura à Mouthe. Mon objectif était de bien terminer, de bien gérer mes efforts pour profiter de l’ambiance et des paysages. Cela s’est bien passé, j’ai mis 5h30 pour faire la course. Pour cela, je me suis préparé depuis fin novembre à raison de 2 séances par semaine et un peu plus pendant les vacances.

Quels sont vos projets futurs ?

Continuer à pratiquer régulièrement des activités sportives pour conserver une bonne forme physique car on en a besoin pour enseigner en EPS. De plus, je souhaite faire de temps en temps des épreuves populaires en ski et en vélo pour me donner un petit objectif de préparation, sans chercher à dépasser mes limites… juste pour prendre du plaisir.

Une réflexion sur “ Les personnels ont du talent : un ancien international de rugby… ”

  1. Giraudin Eric sur

    Je suggère que Patrick nous propose une remise en forme ! En tous cas c’est un très beau parcours qui mérite d’être mis en lumière et sa modestie est d’autant plus remarquable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *