Lettre du Directeur aux personnels de l’IUT2

Chères et chers Collègues,

L’année 2012-2013 a été particulièrement mouvementée et l’adoption de la nouvelle Loi ESR avait inquiété notre communauté. A ce jour, ces inquiétudes semblaient être fondées si l’on se fie au bilan dressé par le bureau de l’ADIUT :

A la suite de la présentation de la Loi sur l’Enseignement Supérieur et la Recherche devant les élus de l’Assemblée Nationale, puis du Sénat, il est possible de tirer les conclusions suivantes : 

– Les contacts auprès des élus nationaux ont été multiples, fructueux, constructifs, avec une confirmation de l’attachement des élus au système IUT : merci à tous pour votre investissement dans ce lourd travail de terrain.

– Ce lobbying a fait (faiblement) évoluer la notion de quotas pour l’accueil des bacheliers technologiques vers un pourcentage minimal, avec la prise en compte du contexte de recrutement et des diverses spécialités, dans le cadre d’un dialogue avec les rectorats.

– Les demandes d’inscription des objectifs d’accueil des bacheliers technologiques, du COM et des BPI, dans les contrats d’établissement, n’ont pas reçus d’échos positifs
lors du passage devant les élus nationaux (et les différentes commissions).

Comme vous le notez, le résultat est plutôt mauvais pour les IUT. 

 A l’issue d’une rencontre avec les conseillers de la ministre Fioraso (Collet, Filâtre, Fontanille) le 10 juillet dernier, il ressort les orientations suivantes :

– A la suite des propos de la Ministre devant l’assemblée nationale, le COM sera(it) inscrit dans un décret qui sera produit avant la fin de l’année. Sa rédaction reposera sur un travail avec les directeurs d’IUT, mais pas seulement : il concernera tous les « dérogatoires » des universités.

– Une circulaire pourrait préciser les conditions de travail avec les Recteurs dans le cadre de l’accueil des BTn. Le Ministère proposera(it) un comité de suivi incluant l’Adiut.

– Les communautés d’universités seront automatiquement créées à compter d’août 2014 (sur les différents modèles avancés dans la Loi). Les IUT doivent y trouver une place particulière, tant sur la coordination de l’offre de formation que sur la présence territoriale (villes moyennes notamment) : nous nous emparerons de cette question dès notre AG de rentrée.

– Nous avons fait part de nos inquiétudes quant aux BPI d’une part, et quant à l’impact de la mise en place des nouveaux PPN sur les heures de cours : nous aurons l’occasion de faire le point sur le sujet à la rentrée.

Il reste du travail à réaliser dans le cadre des mois à venir, et nous serons attentifs aux conditions de mise en œuvre de la future Loi ESR.

Nous avions exprimé nos inquiétudes en manifestant devant le rectorat. Notre mobilisation avait permis une prise de conscience de l’importance de IUT du sillon alpin dans la future UGA (Université Grenoble-Alpes).

Forts de ce résultat, les deux directions des IUT grenoblois ont rédigé un programme alternatif afin de présenter leurs institutions non pas comme uniquement des forces revendicatrices mais également propositionnelles. Notre ambition est simple : profiter de la construction de l’UGA pour expérimenter localement la mise en œuvre d’une L3 dans certaines filières.

Grâce à la lisibilité acquise par les IUT du sillon alpin, ce projet a pu être exposé par notre président de conseil Jean-Luc Bodin à notre ministre, Geneviève Fioraso, pendant près d’une heure et une mise en relation directe avec le recteur a été obtenue. Nous venons d’avoir confirmation d’un rendez-vous en tête en tête avec lui.

Depuis la rentrée, le Président de l’UPMF, Sébastien Bernard, présente régulièrement les avancées du projet de construction de l’UGA aux différentes instances de l’université que sont la conférence des directeurs de composantes, le conseil académique ou encore le conseil d’administration de l’UPMF. Il s’avère que les réflexions menées par les IUT du sillon alpin et plus particulièrement les IUT Grenoblois peuvent parfaitement s’insérer dans cet ensemble tout comme l’UGA, peut tout à fait réserver une place de choix aux IUT. Mais ces questions méritent d’être encore discutées.

Cette actualité sera présentée prochainement pour échanger sur les initiatives prises par les IUT du sillon alpin et leurs perceptions de la construction de l’UGA. Une présentation sera également faite par le Président Sébastien Bernard à l’occasion d’une Assemblée Générale dont les contours restent à définir.

Lionel FILIPPI, Directeur de l’IUT2 Grenoble

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *